Les trois Lunes

Et la prophétie de la trinité du chaos s'accomplira...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La saga de Lord Sword

Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: La saga de Lord Sword   Sam 24 Mar - 1:55

(Bref résumé de l'épisode précédent : Zangara, le nécromancien, venait à peine de poignarder un shaman. L'action se déroule donc juste après que Zangara quitte les lieux).

"Y a quelqu'un ?", tels furent les mots que l'on pu entendre apres le départ de Zangara. Un homme, ou plutôt quelque chose d'intermédiaire entre un adolescent rachitique et un vieillard courbé, fit son apparition dans la clairière du shaman. C'est ce qu'on aurait pu voir si l'action avait été passé en accéléré, car en fait de longues minutes séparèrent l'apparition de la tête et de celle du tronc... Pour ne pas nous ennuyer le temps que l'action débute, nous accélèrerons donc jusqu'à l'apparition complète de la créature.

"Excusez moi Monsieur... Hum HUM... DESOLE DE VOUS DERANGER PENDANT VOTRE SOMMEIL !"... A ce moment là, l'être se mit à penser (et oui même ça ça pense) que certaines personnes avaient beaucoup de chance de pouvoir dormir dans cette jungle hostile. Il avait beau crier ou rumuer le shaman, ce dernier ne bougeait pas le moindre petit doigt.
"Qu'est ce que c'est que ce monde où il n'y a que des égoïstes, n'y a t il donc personne pour m'aider, moi !" Il ne prit même pas la peine de réfléchir à ce qu'il venait de dire.

Lord Sword se décida à partir, poussé par un rugissement venant de derrière lui. En suivant les traces de pas fraiches, surement celles de Zangara (lui souffla l'écrivain ou bien la Peur, car il n'était pas capable de produire de telle idée de génie). Sans se retourner, il lança au shaman "Au fait, vous avez une tâche rouge sur votre corps !"


Dernière édition par le Sam 24 Mar - 20:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: La saga de Lord Sword   Sam 24 Mar - 2:29

Soudain, un silence tomba sur la clairière. Il semblait se déplacer dans la jungle sous l'effet d'une créature à quatre jambes et quatre bras qui se mouvait grâce à tous ses membres en même temps.

Pour l'instant elle avançait lentement, humant l'air à droite à gauche comme si elle cherchait quelque chose. Elle se décida à suivre les traces de pas de Zangara dans l'herbe fraîchement tassée.

D'un coup, elle se mit à se mouvoir à la vitesse d'une rapière touchant son adversaire. Toutes créatures se turent sur son passage, mais restèrent pétrifiés au point de ne pas pouvoir fuir. Son but allait être atteint dans quelques instants. Elle sentait même l'air tremblé autour de ce vaisseau de guerre qui ne se trouvait plus qu'à quelques tours de membres.

Cette entité, car elle était plus une entité qu'une créature, se nourrissait de sensations fortes qui s'accompagnaient souvent de transpiration et d'odeur âcre d'hormone. Elle ne pouvait plus se suffir d'émotions provenant de petits animaux. Un jour, à l'orée de la jungle, elle avait été attirée par une espèce particulière qui semblait déborder de son met préféré. Elle avait croisé Lord Sword. Elle était sur le point de le rattraper, elle le sentait là, dans ses bras. Elle en jubilait déjà !

A quelques mètres de lui, l'entité se figea net. Black Diamond s'était interposée entre le chasseur et la proie. L'entité humait, humait à droite, humait à gauche, humait à nouveau sans cesse. "Comment se pouvait il qu'un animal n'est pas peur de moi ?" Les pensées se bousculaient dans ce qui lui servait de tête. Une parmi d'inombrables se issa au sommet et attira son attention. Après mure réflexion, elle prit sa décision...

Depuis ce jour, au côté de Black Diamond, se tient la Peur, au plus grand désarroi des autres équipages...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: La saga de Lord Sword   Ven 13 Avr - 3:52

Lord Sword se sentait seul et impuissant pour aider son équipage. Lors de tous les assauts, son grand corps désarticulé se tenait vouté, la tête posée sur le baltingage. Il se rendait régulièrement à l'auberge du port afin d'affronter les mousses de son niveau jusqu'au jour où il pourrait enfin pouvoir apporter son aide aux autres membres de l'équipage. Mais avant cela, il lui faudra apprivoisé un perroquet.

Le jour venu, il décida de prendre Parrot comme perroquet. Le nom lui semblait joli et adapté à la situation (ndlr: parrot en anglais, signifie perroquet). Après à peine deux jours, Lord Sword se sentit un peu fatigué et se coucha, poussant son dernier souffle sans le savoir.

***

Une ombre errait dans les rues du port où seuls, voleurs (humain ou perroquet d'ailleurs) erraient, se volant les uns les autres. La logique dans ce port n'était pas parfaite, les lois naturelles non plus d'ailleurs. En effet c'était le seul lieu dans l'univers où l'argent pouvait se créer à partir de rien. Le plus ahurissant n'étant pas que quelque chose puisse se créer à partir de rien (car cela tous les pirates savaient que l'on pouvait le faire et le faisaient tous les jours). Créer de l'argent à partir de rien était interdit par les lois naturelles pour donner un coup de pousse à l'économie humaine et ainsi provoquer de l'inflation.

Sur son passage, les perroquets tombaient à terre de peur d'être sa cible. Les voleurs, trop occupés de voler la bourse de son collégue, qui soit dit en passant réapparaissait sur le côté du volé quelques instants après, ne firent aucune attention à elle. Heureusement d'ailleurs, car ils aurait pu la retarder et elle était déjà en retard. Un sablier à la main, le sable était presque entierement descendu. C'est ce qu'on aurait pu percevoir en jetant juste un coup d'oeil; mais en faisant un peu plus attention, on aurait pu percevoir un sable noir ténèbre dans la partie supérieure du sablier, si on n'était pas immanquablement attiré et paralysé à la vision du porteur. Vision tellement irréel, que l'inconscient s'empressait d'effacer ces images de la mémoire du voyeur, comme pour le montage d'un film mais en direct.

L'ombre entra dans ce qui ressemblait à un placard à balai et d'où des ronflements venant des profondeurs de Lord Sword sortaient. Lord ouvrit un oeil. Celui-ci, ne croyant pas ce qu'il voyait, appela à la rescousse le second pour confirmer ce qui se trouvait devant lui. Une fois le second oeil ouvert, ils purent disserner un tas d'os plus blanc que blanc. Dans le monde des pirates il existe 8 couleurs dans l'arc en ciel et non 7 comme partout ailleurs : le bleu, le violet le rouge, le vert, le orange, le jaune, le rose et le plus blanc que blanc. Comme tous le monde le sait, toute couleur mise avec du blanc dans une machine à laver rosi le blanc (surtout les chemises de monsieur). Cela est d'autant plus vrai avec le plus blanc que blanc. Et c'est pour cette raison que la somme des couleurs de l'arc en ciel ne donne que du blanc, qui est légèrement rosi, comparé au plus blanc que blanc. La seconde chose qu'ils virent furent cette lame étincelante et courbe solidement accrochée au bout de ce baton.

A premier vue, ce paysan était bien rachitique. Mais comme Lord Sword avait bonne vue, il ne confondit Monsieur avec un paysan.
- "BONSOIR LORD SWORD". Une voix grave, caverneuse et ténébreuse, venant de nul part avait résonné dans la tête de Lord Sword.
- "Bonsoir Madame La M...", tenta Lord Sword.
- "MONSIEUR !", rectifia La Mort. En effet, le monde des pirates était le seul monde où la mort, la grande faucheuse... était un homme... enfin un squelette mais son psychique étant fondamentalement masculin. D'où cette entétente manie de vouloir être appelé Monsieur.
"TU DEVRAIS LE SAVOIR SWORD... TU ME CONNAIS DEPUIS LE TEMPS"
- "Comment cela je vous connais ? Je n'ai jamais eu affaire à vous, regardez je suis bien vivant !"
- "CE QUE PEUT ETRE FASCINANT LE CERVEAU HUMAIN... SURTOUT LE TIEN, SWORD. IL A UNE FACHEUSE MANIE D'OUBLIER CE QUI POURRAIT TE PERTURBER."
- "Vous voulez dire que c'est déjà mon heure ? Mais je suis en pleine force de l'age !"
La Mort sortit le sablier, les quelques derniers grains de sable tombaient lentement. La faux s'abattit subitement vers Lord Sword.

SCHKLANK.

Il faut savoir que dans le monde des pirates un coup de faux fait SCHKLANK, d'autant plus quand cette faux appartient à La Mort.
La Mort resta bouche bée... enfin si l'on veut décrire parfaitement la scène, il vaudrait mieux dire La Mort resta machoire d'os bée.
- "Voyez j'ai encore largement du sable dans mon sablier.", d'empressa de dire Lord Sword avant que La Mort ne rabatte sa faux.
La Mort reposa les yeux sur le sablier rempli à nouveau de grain de sable clair. Pour la nième fois, La Mort n'en croyait pas ses yeux ou plutôt ses orbites vides. Du sable était réapparu dans le sablier qu'il n'avait pas laché de tout le parcourt.
- "TU PEUX DIRE MERCI ENCORE A LA DAME !"
- "Quelle dame ? Vous parlez de mon Capitaine ?", dit Lord Sword en souriant, heureux d'avoir réchapper au coup de faux qui lui était destiné.
La Mort remit le sablier dans la poche intérieure de sa cape et en ressortit un tout petit dont le sable ne coulait plus. Il fit demi tour et se dirigea vers son destrier blanc qui l'attendait non loin de là.

Lord Sword n'en croyait pas ses yeux d'avoir rencontré La Mort. Son inconscient un peu moins heureux que lui par l'effacement à effectuer dans cette zone mémoire certes de faible capacité, mais travail supplémentaire quand meme, le poussa à se rendormir. Lord Sword se rallongea, puis se tourna pour se mettre en position confortable pour dormir et se trouva nez à nez avec un rat. Ou plus justement avec deux moitiés de rat complémentaires, coupés net en leur milieu.

Une toute petite lumière plus blanche que blanche sortit d'un trou.
- "Croui Crouii Crouiiiiiii". Ceux qui ont fait Rat en première langue aurait compris très rapidement "Ah non, je m'en suis pas sorti".
Le rat de lumière s'empressa sur ses courtes pattes de rattraper La Mort et vint se loger dans la main osseuse de celui-ci.
- "De quoi suis-je mort ?", s'empressa de s'informer le rat de lumière. Apparement les dernières études sur la curiosité et la soif de savoir les auraient rattacher à l'âme et non au cerveau.
- "INDIGESTION DE FROMAGE ...", commença à renseigner La Mort songeuse...
- "Mais on ne meurt pas d'indigestion, je proteste !", s'empressa de répliquer le rat de lumière
- "JE SUIS D'ACCORD ... A L'EXCEPTION DU FROMAGE AU CURARE"


Dernière édition par le Sam 5 Mai - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: La saga de Lord Sword   Ven 4 Mai - 13:48

Après avoir trépassé et avoir rejoint les mondes de l'au-delà auprès de son Capitaine BlackDiamond, Lord Sword briquait le navire. Il était grand sublime resplendissant, mais difficile et long à faire briller. En effet, il passait ses journées à nettoyer le pont tellement il faisait de bévues. Il était en train de le briquer pour la 11eme fois aujourd'hui, qu'il pensait encore, le sourire aux lèvres, à ce qu'il avait vu.

Il errait sur le pont ne sachant que faire comme d'habitude lors de ses quelques minutes de temps libre, lorsqu'une idée lui vient (car il est plus simple pour lui qu'une idée lui vienne plutot que d'en avoir une). Il se rapprocha donc des cabines. La porte grinça légèrement pour lui laisser le passage, il se dit que ce navire manquait manifestement d'entretient.

Le long couloir parsemé de porte faisait face à lui. Il avança, l'oreille aux aguets, le pied fébrile et la jambe tremblante.

La porte d'Alelden ne montrait aucun signe de présence. Ne sachant ni d'Eve ni d'Adam ce que pouvait être ce personnage, il préféra ne pas s'attarder. En face, la porte de Shinzou ne parlait pas plus. En même temps les brumeux ne faisaient guère de bruit. Il était tellement cruelle, qu'il vallait mieux passer son chemin. Un peu plus loin les cabines de Zebulone et Daymned ne semblaient guère plus montrer la présence de leur occupant. Décidément, ce navire était bien vide.

Juste après, les portes de Korndebouk et de La Divine Diablesse. Il connaissait la cruauté de La Divine et ne voulait pas subir ses supplices. Il entendait, des bruits bizarres et étouffés provenant de derrière les planches de bois. De l'autre côté, la cabine de Korndebouk. Au commencement, il avait cru que Corne de Bouc était originellement un homme, amant de La Divine Diablesse. Erreur ! Korndebouk n'était qu'une frèle femme qui s'avait sacréement se défendre avait ses cornes pointues... Ce sont ces cornes qui décidérent Lord Sword a passé son chemin, plus que les gémissements qu'il percevait un peu plus loin.

Arrivé devant les cabines du Capitaine et de sa fille Lady Rogue, il put percevoir deux voix. L'une connue, féminine, douce, celle de Lady Rogue pensa t il. L'autre plus roque, masculine, qu'il avait déjà croisé la veille, et qui était la cause pour lui de devoir briquer pour la 12eme fois le pont du navire à cause des boulets dévastateurs du Capitaine Vandame... non pas le "philsophe"... Il parcourait les fin-fonds de sa mémoire pour se rappeler le nom. Vanhamme ! ... Mais que faisait le Capitaine Vanhamme dans la cabine de Lady Rogue ! Curiosité oblige, Lord Sword se pencha vers les planches de bois vermoulues. La voix du Capitaine semblait légère satisfaite et remplit de jouissance. "Ouuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiii c'est boooooonnnnnnnnnn !" Lord Sword n'en croyait pas ses yeux, ou plutot il n'en croyait pas ses oreilles. Quel était donc cette traîtrise ! "Vanhamme vient". Les yeux de Lord Sword étaient exhorbités, il ne pouvait pas croire à ce qu'il comprenait. Il posa son oreille sur la porte, pour être sur de ce qu'il entendait. Il était tellement occupé et concentré, qu'il n'entendit pas un grincement derriere lui.

Un pas léger s'approcha de lui. Enfin si on pouvait appeler cela un pas, car nul bruit n'en réchapper, comme si les pieds ne touchaient jamais les imperfections du sol. Une ombre recouvra progressivement le corps recourbé de Lord Sword. Lady Rogue se tenait debout à quelques centimètres de lui. Elle lui prit l'oreille et la souleva. C'est à ce moment là qu'il réalisa sa présence. Ses yeux sortaient carrément de sa tête. "Non ce n'est pas possible je ne peux y croire !" se dit Lord, quand il compris à quelle porte il écoutait.

Lady frappa à la porte. Black lui dit d'entrée. Lady entra la première, trainant Lord Sword par l'oreille. Ce dernier essaya de regarder en se décallant à droite puis à gauche pour voir la scène.
"Mère, regardes qui espionne à ta porte !"

Lady se poussa du champ de vision de Lord Sword. Il vit le Capitaine Vanhamme, penché en avant, nu comme un vers. Le Capitaine BlackDiamond dans sa tenue de Capitaine toute faite de latex, se tenait à côté de lui, un fouet à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Pendant ce temps là, quelque part dans les airs   Ven 4 Mai - 19:31

La Mort errait sur son cheval blanc, les sabots galopant dans l'air pur. Il était songeur. Il sortit un sablier de l'une de ses inombrables poches sans fin que contenait sa cape. Sa machoire d'os bougonnait. Il fixait le sable immobile en suspension. Il avait été gelé par un procédé que La Mort Lui-même n'arrivait pas à comprendre. Il se demandait comment il pourrait atteindre ce souriceau qui lui avait encore une fois échappé.

Il regardait de temps en temps le sol pour voir si des pirates n'avaient pas besoin de lui. Il s'était octroyé ce secteur pour la non pénibilité du travail. La plupart des clones qu'il avait créés de Lui-même s'occupaient de tâches beaucoup lourdes, comme de débarasser les âmes des champs de bataille.

Il avait beau fouillé dans son crâne vide, il ne trouvait pas le moyen de nuire à Lord Sword. Il pensa tout d'abord aux quatres grands : Guerre, Famine, Pestilance et ... Pollution. Mais auncun d'eux ne pouvez plus l'atteindre maintenant, maintenant qu'il était passé chez les immortels. Il pensa aussi à Peur, mais celui-ci avait déjà rejoint les rangs de l'ennemi. Il passa en revue un grand nombre de Grands. Sans succés.

"QUI POURRAIT DONC NUIRE AUX IMMORTELS" se demanda-t-il à voix haute. Il lui sembla avoir oublier quelqu'un, mais il ne put se le rappeler. Il avait beau chercher dans les moindres recoins de son cerveau farcis de toiles d'araignées. De qui pouvait-il ne plus se souvenir ? Lui qui possédait la mémoire de toutes les âmes qu'il recueillait. Serait-il atteint d'un mal encore non connu de Lui-même, Lui qui connait tous les maux humains ? La sensation de peur, inconnue jusqu'alors, fut vite balayée par ses défenses psychologiques.

"Ainsi tu ne ME percois donc PLUS ?" résonna une voix lente dans sa tête du côté droit. La Mort arrêta son cheval en plein ciel gris terne.
"Bonjour, Mort, de MOI, tu ne te souviens PLUS ?"
Le crâne de La Mort se fronça, diminuant ses cavités occulaires.
"QUI ES-T................... J'AURAI DU ME DOUTER QUE TU ETAIS LA CAUSE DE MES TROUBLES, QUE FAIS-TU ICI ?"
"Tu cherchais quelqu'un pour nuire aux immortels. Je suis donc là à Ton service, Mort."
"COMMENT N'AI-JE PAS PU PENSER A TOI PLUS TÔT !"
"Parce que J'étais dans les parages, Mort. Serais-Tu donc affecté par Ma présence ?"
"JE NE SAIS PAS. IL FAUDRA QUE J'Y REFLECHISSE. SUIS MOI !"

Ainsi le cheval gris ténébre suivi l'étalon blanc immaculé de La Mort. Son cavalier était silencieux. La Mort semblait ne plus faire attention à lui. Lors de cette chevauchée, les oiseaux auraient pu entendre le compagnon de La Mort lui dire:
"Sacré destin que le Tien. Ainsi même les humains vont, un jour, T'OUBLIER."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: La saga de Lord Sword   Sam 5 Mai - 21:42

Par une journée grisâtre de printemps qui suit un hiver ensoleillé, Lord Sword se trouvait seul avec Lady Rogue. Seul n'ai pas le mot juste, car sur l'épaule de Lady se tenait fier et arrogant, dent en avant, un rat. Lord n'avait jamais pu savoir le nom de ce mystérieux personnage qui restait confortablement installé, immobile, sur l'épaule de la fille du Capitaine.

Un navire s'approcha dangereusement de celui de La Lune Sanglante. Lady Rogue, comme à son habitude, en légitime second de sa mère, ordonna à l'équipage de hisser le drapeau et les voiles de combat. L'équipage... Lord Sword regarda sur sa droite, puis sur sa gauche, s'apercevant vite que l'équipage à qui s'adressait la Demoiselle, c'était lui. Affolé, il grimpa à la vigie... enfin il essaya de grimper à la vigie... ou plutôt il tomba du mât de la hauteur d'un mètre cinquante au grand maximum (et encore une deuxième mesure aurait été nécessaire, car on soupçonne que le juge ait été en faveur du couard).

Le rat de la Lady s'apercevant que rien ne serait prêt à temps, prit les choses en mains... enfin plutôt en pattes. Il sauta de l'épaule de sa maîtresse, se précipita comme un éclair vers le mât central, rebondit sur Lord Sword pour prendre son élan dans un "HMFFF" de surprise que poussa ce dernier. Il n'en revenait pas que ce rat puisse faire autant de choses alors que lui ratait tout ce qu'il entreprenait. Il se demanda si il ne pouvait pas être l'incarnation d'un ancien capitaine tellement le rat avait un déplacement précis. Celui-ci continuait à grimper en s'accrochant de ses griffes sur le mât rond en tournant autour méthodiquement. Arrivé au niveau des voiles de combat, il les défit aisément. Puis regrimpa en quatrième vitesse vers la vigie.

Chose exceptionnelle, Lord était plus impressioné par le rat que par le navire qui se rapprochait. Déjà le pavillon adverse avait été hissé, pavillon noir annonciateur de non discussion diplomatique. "Tous aux canons !", lança Lady Rogue. Au même instant, le rat se mit sur ses pattes arrières et hissa le pavillon noir de ses petites pattes de devant. Lord resta bouche bée se demandant comment il pouvait faire de telles prouesses. Le son se déplaçant plus lentement dans le cerveau vide de Lord, arriva enfin au centre de décision. Lord se releva et se dirigea vers les canons. Lady Rogue attendait patiemment, quand son rat revint sauter sur son épaule. "Heureusement que je t'ai toi" pensa-t-elle.

Les navires étaient maintenant à portée l'un de l'autre. L'adversaire avait déjà légèrement endommagé le navire. "A la bombe explosive ! Attention !" cria Rogue. Lord Sword se précipita vers une bombe explosive, il la mit maladroitement dans le canon, alluma la mèche en décalant malencontreusement le canon. "FEU !" cria la fille du Capitaine. Lord n'eut pas le temps de remettre en place le canon et tira...

PLOUFFFF !

- "Qu'est ce que m'a fournit ce fournisseur de ...." lança Rogue. "Préparez une nouvelle bombe !"
- "Oui mais euh... capitaine, il faudrait que ..." essaya d'expliquer le maladroit.
- "FEU !"
Lord tira sur l'adversaire...

PLOUFFFF !

L'adversaire, lui, en profita pleinement pour prendre un avantage qui le fit remporter la victoire. On entendait sur le pont Rogue baragouiner dans sa barbe... (?) enfin il serrait plus juste de dire dans sa main serrée, l'autre posée sur son arme, "Attends un peu fournisseur, tu vas voir ce que c'est que de se faire étriper !", pendant que Lord Sword s'appuyait sur le canon pour le replacer.
- "Lady, puis je assister à cet étripage, je n'en ai jamais vu" osa Lord Sword dans un souffle court.
- "Bien sûr mousse et tu vas voir comment c'est jouissif"

De retour au port, Rogue, d'un pas leste, suivi par Lord Sword, d'un pas gourd (en comparaison), se dirigea vers l'atelier du fournisseur.
- "Dépêche toi Lord, tu me ralentis !" lança Rogue d'un ton ironique
- "Crouii Crouiiii Crouiiii", ajouta son rat toujours perché sur son épaule, tourné vers le Lord distancé.
- "Décidément, quelle idée a pris Mère de prendre dans l'équipage un vieillard !" dit Lady Rogue assez fort pour que ce soit entendu par la bonne personne
"Vieillard ? Moi ?" pensa Lord. "Je vais lui faire voir comment on respecte ses ainés" marmonna-t-il tout bas, juste assez pour ne pas qu'elle l'entende, au moment où Lady Rogue entra dans l'atelier.

Déjà, on entendait des bruits métalliques, comme si quelqu'un avait un temps imparti pour trouver une aiguille dans un tas d'objets métalliques. Lord entra enfin et vit le fournisseur affalé sur ses boulets, Lady Rogue penchée sur lui, son arme pointée sur sa gorge, le rat, dents sorties en avant, se tenant sur sa poitrine halletante.
- "Mais qui es tu donc ?", sortit Lord Sword sous l'effet de surprise, impressionné par le rat
- "Crouiii Crouiiii Scouitch Scrouitch", répliqua le rat sans se retourner.

Lord Sword ayant fait "rat" en seconde langue vivante, car les rats étaient très nombreux sur l'île des pirates, crut comprendre Scouitch. Il n'avait pas forcément suivi tous les cours dû à l'encombrement de l'amphi par une horde de rats. Scouitch continuait à agresser le fournisseur paralysé. Lady Rogue en profita pour essayer de l'étriper. Lord Sword se dit que ce pourrait être le bon moment pour punir l'éffrontée de l'avoir traité de "vieillard". Il se dirigea vers la porte, la ferma et éteignit la lumière. Dans le vacarme qui s'ensuivit, Lord Sword fit basculer difficilement Lady sur ses genoux. "Mon dieu, qu'elle a les os lourd", pensa-t-il. Puis il lui asséna une bonne fessée, quand la lumière se mit à luire de nouveau.

Lady Rogue se tenait devant la porte et éclata de rire face au spectacle qui s'offrait à ses yeux. Scouitch ouvrait la bouche poussant de petits cris aigüs pouvant faire penser à un rire. Lord Sword immobilisa sa main brunie, s'apercevant qu'il fessait le fournisseur ayant eu la peur de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Sword
Tas de chair
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : proche d'un château mais pas d'un vaisseau
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Pendant ce temps là au fin fond des entrailles   Sam 5 Mai - 22:20

Dans les fins fonds des entrailles de la terre, il était là tapi dans sa tanière. Il attendait patiemment un appel. Il sirotait un thé tranquillement sur un transat qu'il s'était installé. Subitement, il huma sentant le type d'hormones spécifiques qu'il recherchait. Il finit sa tasse, la posa et s'élança vers la surface de la terre.

Il passa entre toutes les fissures que contenait cette matiére nutritive si indispensable à la vie, contournant les poches rocheuses, traversant les réserves d'eau, surgissant par le puit du port. Il se précipita vers l'atelier du fournisseur du port et attendit, épaule posée contre les planches de bois composant le magasin. Il regarda le ciel, qui s'obscurcissait de plus en plus. Il sourit.

Lady Rogue sortit, tenant Lord Sword par le col de son vêtement. Scouitch toujours posé sur son épaule.
- "Et ne me tâches surtout pas ou tu vas en patir, mousse !"

Le personnage, dans sa cape rouge, passa inaperçu comme presque toujours. Il se redressa et suivi le trio. Personne ne pourrait savoir si son rictus était dû à la scene s'offrant à lui ou à la délectation qu'il va s'offrir. Le tonnerre gronda quelques milliemes de seconde avant qu'une trombe de pluie ne s'abatte sur le port. Il se rapprocha encore plus du trio. Scouitch se retourna. Il regarda à droite puis à gauche à la recherche d'un danger. Apparemment il ne pouvait voir le personnage dans sa cape rouge, pourtant à un seul mètre derrière eux.

Rogue préssentit ce qui allait arriver. Elle en fit fi. Elle balança Lord Sword dans le port, afin qu'il se lave la main, et ses vêtements par la même occasion. C'est à ce moment là que la cape rouge se plaça juste derrière elle, posant sa main sur le coude de Lady. Cette dernière grimaça, un mal commençant à l'envahir. Maîtrisant ses sensations, comme à son accoutumé, elle se dirigea vers le navire. Le personnage en cape rouge, la suivit, tenant toujours son coude, souriant de plus belle. Elle se dirigea vers sa cabine, bravant la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La saga de Lord Sword   

Revenir en haut Aller en bas
 
La saga de Lord Sword
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Saga des Vikings
» La saga de L'Epouvanteur de Joseph Delaney
» La Saga des sorcières Mayfair [Anne Rice]
» Lord, Virginia & Murelli, Jean
» la saga speedmaster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les trois Lunes :: Les RP :: Rp du forum des trois Lunes-
Sauter vers: